TOUS LES ENFANTS ONT LE DROIT À UNE VIE D’ENFANT

« Enfants du Trocadéro » : lucide, la justice condamne les « grands frères »

Publié le 12/01/2024 sur Charlie Hebdo

Écrit par Yovan Simovic

Illustration : Riss/Charlie Hebdo


 

Cyniques et lâches, des adultes soumettaient chimiquement des jeunes marocains mineurs isolés, avant de les forcer à voler pour leur compte. Reconnus coupables, les prévenus ont été condamnés, ce vendredi 12 janvier, par le tribunal correctionnel de Paris à des peines allant de 4 à 6 ans de prison ferme, notamment pour « traite d’êtres humains ».

« Voleurs »« Assassins »« Violeurs ». Ce mardi 9 janvier, les termes utilisés par Éric Zemmour pour décrire les mineurs isolés – et qui lui ont valu une condamnation l’an passé – résonnent étrangement dans une des salles d’audience du Tribunal correctionnel de Paris. N’en déplaise au chantre du « grand remplacement », le « procès des enfants du Trocadéro » qui s’ouvre ce jour-là, vient contester la rhétorique défendue par le polémiste d’extrême droite.

Dans le box des accusés, on découvre six ressortissants algériens de 23 à 39 ans qui tirent la gueule. Et on comprend vite pourquoi : ils sont accusés de « traite d’êtres humains », de « soumission chimique de mineurs », de « maltraitance » et de « contrainte à commettre des délits ». Un joli bouquet de chefs d’accusation qui pourraient leur valoir jusqu’à vingt ans de réclusion. Car pour la première fois, les enquêteurs ont changé de paradigme : ces mineurs non accompagnés (MNA), qu’on a vu débarquer ces dernières années dans la capitale et qu’on attrape régulièrement pour des vols avec violence autour du Trocadéro, sont des victimes. Et douze d’entre eux se sont portés parties civiles.

 

Je m'informe

Je découvre

Je m’informe

Je me forme

Je vais plus loin